Méthodololgie.

Selectivité

Objectif : ce critère a pour but de mesurer le niveau moyen des étudiants entrants dans l’école. L’intérêt est de qualifier pour un acteur en sortie de l’école (e.g. une entreprise) quel est le niveau académique probable d’un étudiant en fonction de son diplôme.

Données : pour constituer ce critère sur le classement des écoles d’ingénieurs 2019, nous avons utilisé les rangs moyens et médians des intégrés en 2018 sur les différents concours de la SCEI, la moyenne au bac des intégrés en 2018 ainsi que le nombre d’intégrés par filière.

Sources : statistiques SCEI, enquète CGE, données CTI

Calcul :

  • Les différentes filières d’accès sont identifiées (post-bac, SCEI, concours AST, admission parallèle, recrutement à l’étranger, …) nous ne gardons que celles dont le calcul est possible : Post-bac / Concours communs avec un seul classement (e.g. Mines-Ponts, CCP, Polytech, …) / Concours communs avec inscriptions séparées (e.g. X-ENS, CCS, …)
  • Dans le cas des admissions post-bac, la note relative à ces admissions est la moyenne au bac des étudiants intégrés via cette filière
  • Dans le cas d’un concours commun, avec un seul classement, on projette les rangs moyens de chacune des écoles du concours sur leurs moyennes au bac respectives. On calcule la tendance au sens des moindres carrés (une approximation linéaire) pondérée par le nombre d’intégrés par école sur le concours. Chaque école sur le concours se voit ainsi attribuer une « note au bac » qui n’est que le reflet du rang moyen sur concours.
  • Dans le cas d’un concours commun avec inscriptions séparées, on calcule pour toutes les écoles le « niveau d’attractivité » : nombre d’intégrés / 2*rang médian. On calcul la tendance au sens des moindres carrés (une approximation linéaire) pondérée par le nombre d’intégrés par école sur le concours. Chaque école sur le concours se voit ainsi attribuer une « note au bac » qui n’est que le reflet du niveau d’attractivité.
  • Calcul de la note global : Pour chaque école, on calcule la moyenne de toutes les filières d’accès pondérée par le nombre d’intégrés sur chacune d’entre elles.

Employabilité

Objectif : ce critère a pour but de mesurer pour un étudiant voulant intégrer une école, l’attractivité du diplôme pour les entreprises.

Données : pour constituer ce critère, nous utilisons le salaire médian par école, la répartition des étudiants en sortie selon 14 secteurs ainsi que la sélectivité préalablement calculée.

Sources : enquête CGE, données CTI, note de sélectivité DAUR

Calcul :

  • Dans un premier temps, nous calculons la sélectivité moyenne des secteurs, en effet les secteurs tels que la chimie ou la finance sont plus souvent choisis en sortie d’écoles sélectives que non sélectives
  • On calcule le salaire moyen par secteur, retraité du niveau de sélectivité grâce à une méthode des moindres carrés pondérée par le nombre de diplômés par école
  • On calcule le salaire et la sélectivité théoriques de l’école en utilisant sa répartition sectorielle et les différents salaires et sélectivités moyens par secteur
  • Le résultat est obtenu en retraitant le salaire du salaire théorique et en ajoutant la sélectivité théorique

International

Objectif : ce critère a pour but de mesurer le niveau d’internationalisation moyen de l’école.

Données : pour ce critère on utilise les données sur les diplômés (nationalité, lieu de travail, double diplôme) et sur les intégrés (filières d’intégration). 

Sources : données CTI

Calcul : on fait la moyenne arithmétique de ces 4 taux :

  • Taux de diplômés de nationalité étrangère
  • Taux de diplômés avec un double diplôme étranger
  • Taux de diplômés en poste à l’étranger
  • Taux d’intégrés sur filière étrangère

Recherche

Objectif : rendre compte du niveau académique de l’école à travers le nombre d’étudiants continuant vers un doctorat. On utilisera la répartition des secteurs pour rendre compte des écarts en fonction de ses derniers (en effet, la proportion de doctorats dans les écoles de BTP et plus faible que dans celles de chimie)

Données : ce critère utilise le taux de diplômés continuant en doctorat ainsi que la répartition par secteur

Sources : enquête CGE, données CTI

Calcul : On applique la même méthode de calcul que pour l’employabilité.

Alumni

Objectif : afficher le niveau de l’école après plusieurs années

Données : historique des PDG du CAC40 depuis 2000 et prix scientifiques (Prix Nobel, Prix Wolf, Prix Abel, Prix Turing, Prix Crafoord, Médaille Fields et Médialle d’or du CNRS)

Sources : sites officiels des différents prix et biographie des directeurs généraux du CAC40

Calcul :

  • Pour la partie recherche : un prix égal un point
  • Pour la partie entreprise : une année PDG d’une entreprise du CAC 40 rapporte un point aux écoles dont le PDG est diplômé
  • Le nombre de points total est rapporté à 91 points pour le compte sur les entreprises et 9 points sur les prix scientifiques (9% correspondant au taux d’étudiants choisissant une thèse en sortie d’école d’ingénieurs)